Remy Artiges PhotographeAIGREFOIN

AIGREFOIN

(2011-2012)

Le titre d’abord, Aigrefoin, le nom d’un bois qui fleure bon le lieu-dit dominé par la nostalgie d’un état de nature, soupçon d’une campagne trop proche de la ville.

Ensuite la forme, cadrage horizontal, paysager, qui conforterait cette compréhension des images. Puis viennent les premiers troubles : la présence invariante au centre de ces paysages d’une marque verte et tranchante de forestier. Un détail précis de couleur violente qui rompt avec la douceur et l’harmonie d’un sous-bois au début de l’hiver. Une marque qui signe l’ensemble de cette série de photographies, alors on se joint à cette marque et l’on rentre dans cette série comme une traversée des miroirs. Chaque franchissement d’image aboutit à une nouvelle énigme, un paysage qui commence par un signe sur un tronc d’arbre et de proche en proche emplit l’ensemble de la photographie. L’œil commence par une nature morte pour construire un paysage complet prêt à la contemplation ou à la traversée. Une entreprise immersive où le tout et la partie se distribuent les rôles avec justesse, viennent clore ou commencer un monde sans hors champs.

Cette série n’a rien d’un itinéraire choisi ou d’un parcours secrètement dévoilé, c’est une succession de réalités alternatives sorties de l’enfance de Remy Artiges. Dans l’enfance tout est possible même la désolation sans exemple qui s’empare de nous à la dernière image.

Thomas Doubliez
Commissaire d’exposition